Nature du travail

Proposer un sujet

Le JRI est d'abord journaliste. Caméra à l'épaule, il réalise des sujets d'actualité ou magazines au sein d'une chaîne de télévision ou pour le compte d'une agence d'images télévisuelles.

Après avoir mené un travail d'enquête sur un thème et avoir pris plusieurs contacts, il évalue l'intérêt du reportage, puis monte un projet de tournage pour le vendre.

 

Réaliser le tournage

Le JRI mène les interviews, prend le son et tourne les images. Bref, il recueille l'information.

Ensuite, il se charge du commentaire sur image. C'est une tâche capitale qui donne tout son sens à l'information. Il la réalise spontanément au moment du tournage ou plus tard, en studio ou dans sa voiture de transmission.

Monter le reportage définitif

Enfin, il participe au mixage des images. Il évalue les séquences, mesure leur importance, choisit ce qu'il faut garder et couper.

L'opération peut consister à réduire plus d'une heure de film en un document de moins de 6 minutes.

Compétences requises

Spécialiste de l'info

Ses compétences sont celles de tout journaliste.

Recueillir l'information, réaliser des interviews intéressantes, vérifier ses sources, analyser le contexte, choisir un angle pertinent pour traiter un sujet sont les bases du métier.

Un pro de l'image

Le JRI maîtrise les techniques audiovisuelles : prise de vues, sélection des images, montage...

Il sait s'adapter aux évolutions des matériels et mesurer l'impact des images sur les téléspectateurs.

 

Autonome et curieux

La curiosité est une autre qualité importante dans la profession.

Lire l'ensemble de la presse constitue le meilleur moyen pour se tenir informé et trouver un sujet de reportage.

Une forte autonomie est également requise et la maîtrise de l'anglais est obligatoire.

Lieux d’exercice et statuts

Sur le terrain

Le JRI est avant tout un professionnel de terrain.

Les déplacements, dans un quartier voisin ou à l'autre bout du monde, font partie intégrante de son métier.

97 % de JRI à la TV

97 % des JRI exercent pour la télévision.

Pour les chaînes d'information en continu ou les chaînes locales, il travaille seul ou avec un assistant, et s'occupe de toutes les étapes de réalisation du reportage.

Dans les grandes rédactions nationales, il est souvent réduit au rôle de cameraman, accompagné d'un ingénieur du son et d'un rédacteur.

3 % en agences d'images

3 % des JRI travaillent dans les agences d'images télévisuelles (Capa, Point du jour, Taxi...), où ils ont la maîtrise totale des enquêtes sur des sujets approfondis qui alimenteront l'essentiel des magazines télé.

Leur polyvalence permet la production de reportages à prix imbattables.

 

 

Salarié, pigiste ou indépendant

2/3 des JRI sont salariés (d'une chaîne de télévision ou d'une agence) et 36 % pigistes (rémunérés à la journée ou au reportage).

Enfin, il est possible d'exercer en tant qu'indépendant et de vendre ses documentaires à une agence.

Je recherche

Un métier

Une formation

Un établissement

Recherche géolocalisée

Téléchargement guides nationaux

Les services en Ligne

Mon orientation en ligne Mon stage en ligne Webclasseur Orientation Ma Seconde Chance

Object Egalité

Mon Industrie

Ma Voie économique

Ma Voie Littéraire

 

Salaire du débutant

De 1730 à 2230 euros brut par mois.

Forfait journalier de 100 à 150 euros brut.

Pige de 80 à 100 euros brut.

Intégrer le marché du travail

Des débuts précaires

Après avoir augmenté de 47 % en 10 ans, le nombre de postes de JRI est aujourd'hui en diminution, même en contrat à durée déterminée (CDD).

Le travail à la pige (rémunéré au reportage ou à la journée de travail) est quasiment un passage obligé pour les débutants.

En effet, les entreprises audiovisuelles font appel à leurs services de manière ponctuelle. Ils doivent faire leurs preuves, montrer leurs compétences et devenir collaborateurs réguliers avant d'intégrer les équipes permanentes.

 

Témoignages

Norbert, JRI

Saisir le bon moment

"En tournage, on n'a pas le droit de rater sa prise parce que ce n'est pas une scène que les gens vont rejouer pour nous. En termes d'images, on doit avoir les meilleurs plans, les meilleures actions."

"Je crois qu'avant tout, un bon JRI, c'est quelqu'un qui sait trouver où est la vie dans le reportage qu'il est en train de tourner. C'est quelqu'un qui sait saisir le bon moment dans un événement."

 REPORTER ET JOURNALISTE