Ici-bas, (Jean-Pierre Denis, 2012)



Fin 1943 sous l’occupation, Sœur Luce, une religieuse à la dévotion et au dévouement exemplaires, est infirmière à l’hôpital de Périgueux. La rencontre d’un aumônier, Martial, passé dans les rangs du maquis et à la foi profondément ébranlée, bouleverse son existence. De l’amour du Christ à celui d’un homme, Sœur Luce vit une passion pour laquelle elle finit par quitter le couvent et ses sœurs. Mais elle se heurte vite au mur de la réalité et des passions. Trahie, Sœur Luce se sent abandonnée des hommes et de Dieu… Un matin, à la Poste centrale, des employés membres d’un réseau de la Résistance interceptent un courrier anonyme à l’adresse de la Kommandantur…

Ce film est a plus d'un titre intéressant. D'abord par l'interprétation toute en nuance de Céline Sallette. Ensuite par sa réalisation dépouillée qui change des grosses machines. Et puis surtout parce que ce film est un film sur l'amour et sur la trahison. Amour de Dieu de celle qui Le sert, amour passionnel de l'homme, amour de sa patrie quand on est résistant mais aussi pétainiste. Et donc trahison des engagements vis-à-vis de la foi, trahison de sa patrie pour les mêmes motifs. Le film offre donc plusieurs lectures intéressantes.

0 vue